Les 4 marga, ou voies majeures, du yoga 2/4

Le Karma yoga

Salut les yogi,

Après le Bhakti yoga  – ou dévotion – nous allons voir  qu’un autre chemin s’ouvre à celui ou celle qui cherche à s’éveiller spirituellement: La voie de l’action, ou Karma Yoga. Et vous verrez que là encore, on ne parle pas du tout de postures…étonnant non?


“Karma” = “action”

Le Karma Yoga est probablement la façon de pratiquer la plus adaptée au monde actuel puisque c’est le yoga de l’action désintéressée. Vous pouvez la pratiquer partout et tout le temps, sans aucune forme de restriction.

Pour bien comprendre ce que cela veut dire, je fais un petit détour pour placer le cadre:

la tradition indienne distingue 4 types d’actions:

  • les actions blanches, ou bénéfiques,

  • les actions noires, qui font du mal et abaissent le niveau de conscience,

  • les actions grises, qui sont les plus pratiquées et sont un mélange des deux,

  • Les actions neutres qui sont celles du Karma Yoga.

Pour préciser le contexte, n’oublions pas que même si l’outil “yoga” est laïque, il a grandi dans une culture qui voit la réincarnation comme la plus basique des évidences. Si on veut comprendre ce qui suit il est indispensable, quelles que soient nos croyances, de prendre ce concept en compte.

Je ne sais pas pour vous, mais en ce qui me concerne j’avais toujours pensé qu’on cherchait avant tout à produire de “bonnes” actions. Or, la question, dans le Karma yoga, ne se pose pas en ces termes. Dans la pensée indienne, les bonnes actions vous enchaînent autant au monde que les mauvaises, ce qui change c’est la qualité de votre incarnation suivante et ce qui risque de vous tomber dessus dans cette vie. En gros, si vous faîtes de bonnes actions votre prochaine vie sera chouette, sinon vous batissez vous-même votre enfer. Le Karma yoga recherche donc les actions neutres, celles qui vous aident à ne plus vous réincarner car elles ne vous lient pas, dans la mesure où elles sont faites sans affect.

Le Karma Yoga nous encourage à faire ce qui doit être fait, sans y mêler notre égo, nos attentes, nos dégoûts notre envie de reconnaissance ou l’autosatisfaction. C’est cela agir de manière neutre.

Ce type de pratique nous amène simplement à fonctionner dans le monde comme un de ses rouages. La pratique du Karma yoga se fait en renonçant aux fruits, c’est-à-dire aux résultats, de nos actions. Une condition est de se considérer comme véhicule de l’action plutôt que comme son auteur. Le Karma-yogi se voit donc comme un instrument de la vie.

Le karma yoga ne nous pousse pas du tout au fatalisme, juste faire de notre mieux et d’abandonner notre envie de résultat. Le pratiquant découvre alors que seule la qualité de son action est entre ses mains et non ses fruits.Le Karma Yoga nous libère de l’illusion du contrôle et donc de l’angoisse qui y est liée.

Bien entendu, la non violence et l’amour restent des valeurs cardinale, ce qui empêche toute dérive.

L’attitude du Karma Yogi

Tout l’art du Karma Yoga est d’agir en étant à la fois totalement impliqué dans son action et à conserver une attitude de détachement.
Je vous vois déjà vous gratter la tête devant ce qui a l’apparence du paradoxe. Pour être plus clair, cela signifie que nous devons être 100% dans ce que nous faisons et lorsque c’est terminé on lâche tout: les envies, les attentes, la peur, etc.

D’après les Yoga Sutra (II.1), le karma yoga repose sur 3 piliers:

        • La discipline: quelles que soient les perturbations, le karma yogi revient toujours à sa pratique. Les divergences ne sont que des contretemps.  La mise en place de routines quotidienne est une des clefs.
        • L’étude: De soi, des textes parlant de la nature de l’être (religieux, spirituels, philosophiques, etc.).
        • Abandonner le contrôle: Il y a une différence profonde entre agir et recevoir les résultats. La bonne réalisation de cette partie ne nous appartient en rien. Elle dépend de l’extérieur et donc de hasard, de Dieu, du destin, peu importe la manière dont vous envisagez les choses.

Le Karma Yoga aujourd’hui


Longtemps considéré comme inférieur aux autres voies, ce yoga est revenu sur le devant de la scène grâce à de grands enseignants comme par exemple Râmakrishna, Sri Yogendra, Swâmi Ramdas ou Sri Aurobindo, qui en on souligné l’aspect très adapté à notre époque. Amma en est une représentante très active (même si elle incarne aussi l’aspect dévotionnel).

La pratique du Karma-Yoga n’exclut pas celle des autres yogas mais peut aussi se suffire à lui-même.

« il faut faire [le travail] avec la juste attitude et dans la juste conscience, et alors il est aussi fructueux que peut l’être n’importe quelle méditation. » (Sri Aurobindo)