Les 4 marga, ou voies majeures, du yoga 4/4

Le Raja yoga ou voie holistique

Salut les yogi,

Voici le dernier volet de notre série sur les voies majeures du yoga. Il s’agit cette fois-ci du Raja Yoga qui vous le verrez, synthétise les 3 autres et donne une véritable boîte à outil pour celles et ceux qui souhaitent maîtriser leur mental.

Raja Yoga: transformer l’esprit

Aussi nommée yoga royal, cette pratique inclus les autres, les organise, les articule. Sa philosophie se retrouve dans la très grande majorité des styles actuels. Cette voie est considérée comme la plus ancienne science du mental connue.

Pour le raja yogi tout vient du mental, le pire comme le meilleur, c’est pourquoi l’accent est mis sur la réalisation de soi et la transformation de la conscience. Le mental oriente l’énergie qui façonne les événements de notre vie et aussi notre corps. Il est à la fois individuel, collectif, conscient et subconscient.

Les valeurs du Raja Yogi sont l’autonomie, la discipline et de la persévérance. Elles lui permettent de concentrer son esprit en un seul point : sa nature intérieure véritable.

L’origine:

Le raja yoga a été décrit par Patanjali dans les “Yogas Sutras”,  textes datant d’environ 2 à 5 siècles avant l’ère chrétienne. Les Yogas Sutras sont constitués, par un ensemble de 195 aphorismes traitant de tous les aspects de l’existence humaine. L’auteur y explique les façons de dépasser les souffrances du corps et de l’esprit mais aussi les obstacles à l’évolution spirituelle. Patanjali  est un personnage peu connu dont il est difficile de dater avec exactitude l’existence que certains évaluent à 200 ou 500 ans avant J-C.

En plus de décrire ce qu’est le yoga,  il offre une série de moyens remarquablement précis pour transformer le mental et la conscience. C’est pourquoi le Raja Yoga est également connu sous le nom de Ashtanga Yoga (le Yoga des huit étapes), parce qu’il est organisé en huit parties qui sont comme autant d’instructions précises pour atteindre la paix intérieure, la clarté, le contrôle de soi et la Réalisation.

NB: J’en profite pour clarifier un point important : Non, l’ashtanga yoga n’est pas un yoga athlétique et en mouvement. C’est un abus de langage.

Une méthodologie claire et holistique

Si on veut vivre pleinement la puissance des  outils proposés par Patanjali, il faut d’abord laisser tomber le dogmatisme ou les notions de bien et de mal. Je dis cela surtout pour les Yama et Niyama, qui ressemblent fortement aux 10 commandements.

Le Raja yoga nous donne des outils pour travailler sur nous. Il n’est pas question de morale ou de dogme.

Pour les appréhender correctement, mon conseil est le suivant: demandez-vous ce que vous apportera tel ou tel concept dans votre vie. Evitez de vous culpabiliser, ça vous freine et renforce votre ego. Installez simplement les outils qui vous parlent, travaillez et constatez les effets sur votre mental.

Les 8 membres sont:

Yama – contrôle de soi

Ahimsa – Non-violence

Ahimsa veut dire ne pas faire souffrir ou blesser une créature vivante, que ce soit par la pensée, la parole ou l’action. La non-violence signifie aussi ne pas tuer. Ce concept englobe le respect de soi même et de ce qui nous entoure.

Satya – La recherche du vrai
Il ne s’agit pas tant de dire toujours la vérité que d’abandonner les faux semblants,les prétextes, les préjugés et les restrictions mentales qui nous enchaînent.

Par exemple:

  • Quelles sont les croyances qui façonnent secrètement votre vie?
  • Comment pouvez-vous être sincère avec vos émotions?
  • Lorsqu’on veut pratiquer Satya, l’important est aussi de se concentrer sur notre manière de transmettre la vérité. Pratiquer la vérité se fait sous le contrôle de la non-violence, car les mots peuvent blesser.

    AsteyaNe pas voler

    Asteya signifie ne pas prendre quelque chose qui appartient à une autre personne. Ceci concerne objets matériels mais concerne aussi le vol des propriétés intellectuelles, le fait de priver quelqu’un d’une opportunité, de l’espoir ou de la joie. L’écologie peut être inscrite ici.

    BrahmacharyaVivre dans la pureté

    Brahmacharya est souvent traduit par restriction sexuelle mais implique en fait bien davantage. Brahmacharya veut dire que nous devrions considérer que nos actions ne nous appartiennent pas, qu’elles sont produites et destinées au monde / à dieu / etc. Il ne s’agit pas de fatalisme, juste de tout le temps dédier nos actions à ce qui est plus vaste que nous. Ce concept rejoint celui du Bhakti yoga.

    Aparigraha Ne pas accumuler de possessions

    Ce Yama nous enseigne l’art de lâcher prise, de rendre aux autres leur liberté et d’être libre soi-même en minimisant les biens matériels pour limiter nos soucis. L’illusion de la possession nous empêche de pleinement entrer dans la pratique spirituelle.

    Ces cinq Yamas pourraient se résumer ainsi : une vie saine, simple et heureuse grâce à une pensée juste.

    Niyama – discipline

    ShaucaPureté

    Il est question de pureté extérieure mais surtout la pureté intérieure. Nos vêtements, notre corps, nos pensées, nos relations et sentiments devraient toujours être purs.

    SantoshaContentement

    Etre heureux, c’est savoir apprécier ce qui est là, sans se projeter dans un futur hypothétique. Le poète indien Tulsidas disait: “Tu peux posséder des mines d’or et de pierres précieuses, mais l’insatisfaction intérieure détruit tous les biens”.

    TapasContrôle de soi

    Ce Niyama nous apprends à être constants dans la pratique, à ne jamais abandonner sans pour autant faire preuve d’acharnement (n’oublions pas la non-violence dans cette histoire!). La régularité est la clef du progrès spirituel.

    SvadhyayaÉtude des écritures et de soi.

    En tant qu’élève de Yoga, nous étudions les textes comme la Bhagavad Gîtâ, les Upanisads, les Yoga Sutras, ou encore ceux issus des grands penseurs occidentaux (Spinoza, Freud, Platon) mais aussi et surtout nous même. On reprend ici l’idée de Jnana yoga.

    Ishvara Pranidhana – l’abandon des fruits des actions.

    C’est la forme la plus haute de lâcher-prise: comprendre que les résultats de nos actions ne dépendent pas de nous et nous invite à ne plus avoir d’attente quant à ce qui nous est dû ou devrait arriver “légitimement” ou “logiquement”. Nous sommes responsables de nos actions, pas de l’infinité de paramètres qui conditionne les conséquences.

    Ce principe nous enjoint donc à nous concentrer sur la qualité de ce que nous faisons et non sur un espoir de résultats .

    Pour le détail, voir l’article sur le karma yoga.

    Asana – exercices physiques

    Les Yoga Sutras évoquent les postures sans pour autant les décrire. Elles seront codifiées environ un millénaire après dans le hatha yoga pradipika, qui fera l’objet d’un article à par entière.

    L’idée centrale de l’asana est de trouver un équilibre entre fermeté et douceur. Les postures sont en cela une métaphore de la vie puisqu’elles démontrent l’équilibre à trouver entre faire et laisser-faire, l’action et le repos, l’être et l’avoir.

    Concrètement, elles permettent aussi de se tenir assis longtemps et par voie de conséquence, de méditer mieux.

    Pranayama – exercices respiratoires la  dynamique  du  souffle

    Au cours du processus de contrôle du corps et du souffle, les Raja-Yogi atteignent aussi le contrôle du mental. 
    Le souffle suit le rythme des émotions, et peut aussi les calmer. Le contrôler signifie agir consciemment sur ses émotions.

    Pratyahara – Retrait des sens des objets extérieurs ou retournement des  sensations

    Cette étape est la jonction entre pratique extérieure et pratique intérieure du yoga. Ici, on ramène ses sens vers l’intérieur de soi, se coupant ou se plongeant à volonté dans le monde. Le pratiquant n’est plus victime de ses sens, il les utilisa comme des outils, à leur juste place.

    On plonge dans son espace intérieur.

    Dharana – Concentration

    Dharana signifie centrer ses pensées et sensations sur un seul objet pendant un long moment

    Dhyana – méditation

    La méditation n’est pas une technique, c’est un état. C’est à force de concentration qu’on entre en méditation.

    Cet état nous permet d’entrevoir la nature profonde des choses, d’atteindre notre potentiel mental maximum et d’accéder à un profond sentiment de plénitude.

    Samadhi – réalisation complète

    On peut définir le Samadhi comme l’union du sujet et de l’objet, mais cela est très loin de la nature de ce qui se produit. C’est quelque chose qui se vit.

    Résumé

    Swami Shraddananda explique très bien les choses en disant:

    “Les deux premières étapes Yama et Nyama sont celles qui conduisent à une vie saine et équilibrée.  Asanas et Pranayama,  concernent la gestion de l’énergie physique et spirituelle. Pratyara, Dharana, Dhyâna, ancrent l’être dans sa source et dans ses forces.
    Samadhi en est le couronnement qui libère des illusions et de la souffrance. Le raja yoga, qui fut longtemps considéré comme n’étant accessible qu’à des yogis de haut niveau est un chemin qui conduit de la souffrance à la connaissance et de l’obscurité à la lumière.
    Parvenue du fond des âges, cette voie de sagesse est aujourd’hui accessible à ceux et celles qui ont ressenti au plus profond de leur âme l’importance de donner un sens à leur vie. Même si les temps ont bien changés et que les styles de vie n’ont plus rien de commun avec ceux de l’époque de Patanjali,  il reste que les questions existentielles demeurent entières. Qui somme-nous,  où allons-nous, d’où venons-nous, quel est notre sens de vie, voilà les défis de la conscience humaine. Le Raja Yoga balise ce questionnement et ouvre sur une pratique qui permet de trouver les réponses profondément enfouies en chacun de nous. Ces réponses reposent en un espace intérieur de paix et de joie de vivre.  Le raja yoga est une voie de libération spirituelle, qui conscientise notre liaison à la Vie, celle-là même que nous nommons selon nos convictions personnelles, Dieu, Énergie Divine, Moi suprême, Force supérieure. Quel que soit le nom donné ou la forme évoquée, c’est dans un état d’être au delà des mots et des concepts que se situe la Connaissance qui libère.”